Cycle Luis Buñuel présenté par Alice Vincens

Du lundi 22 janvier au lundi 12 février

Cycle Luis Buñuel présenté par Alice Vincens:

-Lundi 22 janvier à 20 H 30 – Le Journal d’une femme de chambre

Film français de Luis Buñuel avec Jeanne Moreau, Michel Piccoli, Françoise Lugagne, Georges Géret

1964 – 1 H 32 Adaptation du roman éponyme d’Octave Mirbeau

A la fin des années 1920, un train s’arrête dans une petite gare normande. Célestine, la nouvelle bonne du vénérable Monsieur Rabour, en descend. Joseph, un domestique antipathique, la mène en carriole jusqu’à la propriété bourgeoise du prieuré. Bientôt, Célestine n’ignore plus rien des travers de chacun. Elle se prête avec complaisance au fétichisme de Rabour, que les bottines féminines rendent fou, mais se refuse aux amours ancillaires que lui propose son gendre, Monsieur Monteil, tenu loin de la couche conjugale par la froideur de sa femme. Elle se lie d’affection avec une jeune sauvageonne, Claire, dont on retrouve bientôt le cadavre dans un bois.

-Lundi 5 février à 20 H 30 – Le Charme discret de la bourgeoisie

Film français de Luis Buñuel

avec Delphine Seyrig, Paul Frankeur, Stéphane Audran, Jean-Pierre Cassel, Bulle Ogier, Fernando Rey, Milena Vukotic, Claude Piéplu, Maria Gabriella Maione, Michel Piccoli

1972 – 1 H 42 Oscar du Meilleur film étranger 1973, Prix du meilleur scénario à la British Academy Film Awards 1974

Malgré leur richesse et leurs apparences bourgeoises, les Thévenot, les Sénéchal et l’ambassadeur d’un pays d’Amérique Latine sont d’authentiques trafiquants de drogue et tirent de ce commerce de substantiels revenus. Tous décident de se réunir autour d’une table afin de partager un bon repas. Oui mais voilà, ce qui apparaît comme une idée banale se transforme bientôt en un véritable cauchemar. Quand les Thévenot ne se trompent pas de jour, ce sont les Sénéchal qui sont trop occupés. Lorsque ce beau monde arrive enfin à se rencontrer, c’est l’armée qui les interrompt avec armes et fracas par des exercices militaires. Ou bien encore, c’est l’irruption d’un homme d’Église transformé pour la circonstance en jardinier et qui, au lieu de donner l’absolution à un mourant, se prend pour un justicier à la gâchette facile.

-Lundi 12 février à 20 H 30- Le Fantôme de la liberté

Film français de Luis Buñuel, avec Monica Vitti, Michael Lonsdale, Hélène Perdrière, Jean-Claude Brialy, Françoise Maistre, Jean Rochefort

1974 – 1 H 44 – À Tolède en 1808, tandis que les soldats français fusillent à tour de bras les rebelles espagnols, un capitaine des dragons tente d’éponger son ivresse en engloutissant les hosties d’un ciboire. Assommé par une statue de pierre, il s’éprend ensuite d’une morte à la beauté de rose. Il s’agit en fait d’une histoire que lit la bonne des Foucauld. Alors que celle-ci poursuit sa lecture, la fillette, qu’elle est censée garder, prend le large. Un vieux bonhomme peu ragoûtant lui donne des photos qu’il lui interdit de montrer à ses parents. La fillette désobéit. Les parents, écœurés, s’indignent devant les clichés, qui ne représentent rien d’autre que des monuments de Paris.